Accueil > Le Haras national du Pin se dévoile > Histoire > Histoire et architecture
    

Hier et aujourd'hui au Haras national du Pin

Histoire

Le Haras du Pin, joyau du patrimoine normand

En Normandie, la visite d’un château unique

Si vous décidez de passer un week-end en Normandie, il serait dommage de passer à côté de l’un des trésors du patrimoine normand : le Haras national du Pin. Édifié sous Louis XIV, le Haras jouit d’une histoire riche et mouvementée qui lui confère son charme actuel.

S’il ne fallait choisir qu’un unique château à visiter en Normandie, ce serait sans conteste le Haras national du Pin qui bénéficie en sus de ses écuries où l’on peut en apprendre beaucoup sur le cheval, le temps d’un week-end en Normandie.

 

 

Histoire et architecture

Le Roi choisit sa terre…

haras Pin, Louis XIV

Louis XIV fonda son haras à Saint–Léger, à proximité de Saint–Germain–en–Laye. Malgré le prestige qui lui était associé et des investissements financiers importants, la production ne sembla jamais offrir de résultats satisfaisants : les terres cultivées se révélèrent peu fertiles, les parcs trop espacés et les chevaux de faible santé.

 En 1714, le roi confia donc à son grand Écuyer, François Gédéon de Garsault, le soin de trouver un endroit plus favorable à la production de chevaux. Après avoir porté son attention sur la forêt de Brotonne, aux environs de Rouen, son choix se fixa sur le Buisson d’Exmes, près d’Argentan. Cette terre fut sans tarder étendue à la seigneurie du Pin appartenant au conseiller d’État Béchameil de Nointel qui consentit à échanger son domaine contre d’autres biens situés en Picardie. Le 2 avril 1715, le transfert de l’ancien haras royal de Saint–Léger vers le Buisson d’Exmes était ordonné.

… pour y faire édifier « le Versailles du cheval »

haras Pin, Robert de Cotte

Deux noms sont associés à la construction du Haras du roi, effectuée en grande partie de 1715 à 1736 au cœur d’un domaine de 600 hectares.
Robert de Cotte, premier architecte du roi depuis la mort de Jules-Hardouin Mansart en 1708, dressa les plans du corps de logis. Il avait auparavant participé aux plus grands chantiers royaux, notamment pour l’achèvement de la chapelle du château de Versailles.
Pierre le Mousseux exécuta les dessins de Robert de Cotte et poursuivit l’édification du nouveau haras. Par la suite, il collabora de nombreuses années, particulièrement lors de la reconstruction de la ville de Rennes incendiée en 1720, avec Jacques-Jules Gabriel qui devint premier architecte du roi en 1735.

haras Pin, plan château haras

L’édification du haras semble s’être déroulée en deux temps puisque, si le château fut édifié entre 1719 et 1724, le transfert dès 1717 du cheptel de Saint-Léger, composé de 200 chevaux, laisse à penser que les grandes écuries étaient déjà terminées à cette date.

Ce n’est qu’au début du XIXe siècle, sur le plan de Desessart, daté de 1807, qu’apparaît l’ensemble des bâtiments nécessaires au parfait fonctionnement du haras, témoin de l’architecture classique du Grand Siècle.

Le Haras royal…

haras Pin, Lambesc

La création du haras royal répondait à une volonté et un besoin : produire des chevaux les plus performants pour les transport, le travail agricole, la cavalerie militaire et la cours de Versailles.

Ainsi, l’activité principale du Haras consista à sélectionner les races et à produire des chevaux dont les plus beaux étaient destinés à la reproduction tandis que les autres étaient utilisés.

 

Les dernières années de l’Ancien Régime furent marquées par la direction efficace, entre 1784 et 1789, du Prince de Lambesc, Grand Écuyer du roi et surintendant de l’administration de ses haras réorganisée en 1764. En effet, par arrêt du Conseil du roi du 11 décembre 1784, la capitainerie du haras d’Exmes était supprimée, le Grand Écuyer assurant la direction de l’établissement. Dès lors, le haras royal fut consacré exclusivement à la reproduction de la province de Normandie.

À la veille de la Révolution, le haras du roi regroupait 196 étalons. En 1790, on dénombrait 40 poulains et pouliches, dont une majorité de poulains de lait, témoignant du formidable dynamisme de la production.

Cet effectif était complété par 132 chevaux, dits « chevaux approuvés », appartenant à des particuliers, répartis sur l’étendue de la province de Normandie composée des actuels départements de l’Orne, Calvados, Manche, Eure, Seine-Maritime, Sarthe et placés sous le contrôle de l’inspecteur de l’Administration des Haras.

…devient national

L’Assemblée Constituante décréta le 20 janvier 1790 la vente des étalons du Pin, mais, grâce à une pétition du conseil du département de l’Orne qui souhaitait la conservation du haras, un dépôt de 40 étalons y fut maintenu jusqu’en mars 1793, date à laquelle la vente des étalons devint inéluctable.

haras Pin, architecture bâtiment

… jusqu’à sa renaissance impériale

haras Pin, grille abeille

Après une période d’incertitude, le décret impérial du 4 juillet 1806 rétablit les haras et les dépôts d’étalons.
Le Haras d’Exmes, alors désigné sous le nom de Haras du Pin, fut mis à la tête du 1er arrondissement situé sur une circonscription composée des départements de la Somme, la Seine-et-Marne, la Haute-Marne, l’Eure et la Manche.
Bien que vendues comme biens nationaux à des propriétaires privés pendant la période révolutionnaire, une grande partie des terres furent rachetées dès 1808, alors que s’effectuaient en urgence d’importants travaux de réfection sur les bâtiments du Pin.

Par ailleurs, il était urgent de repeupler les écuries : juments normandes, pur-sang anglais appréciés pour « leur figure et leurs jambes », et le rapatriement, en janvier 1814, du cheptel du haras de Borculo, situé dans les anciennes terres hollandaises annexées par l’Empire et anéanti par les campagnes napoléoniennes, vinrent remplacer les chevaux âgés, malades ou disparus.

Le Haras du Pin retrouvait sa fonction et amorçait le rayonnement qu’il devait avoir pendant près d’un siècle sur l’ensemble de la production chevaline française.

De nouveau Haras national

Après la chute de l'empire dont il reste quelques symboles à découvrir pendant la visite, le Haras du Pin redevint Haras national. Site emblématique et leader du réseau des Haras nationaux puis de l'Institut français du cheval et de l'équitation (issu du regroupement entre les Haras nationaux et l’École Nationale d’Équitation – Cadre Noir de Saumur en 2010), le Haras national du Pin a évolué dans ses missions et ses activités. Les bâtiments historiques trônent toujours au milieu du Domaine et ont été complétés par des travaux et aménagements permettant de valoriser au mieux le site qui malgré ses 300 ans a su resté moderne.

Histoire et architecture : le Haras du Pin au cœur du patrimoine normand

Le Haras national du Pin s’est désormais ouvert au public tant pour la visite du château que pour la découverte des écuries, de la sellerie d'honneur, des remises à véhicules hippomobiles... Le temps d’un week-end en Normandie, découvrez l’un des lieux emblématiques du patrimoine normand : le Versailles dans lequel on y trouve toujours son Roi, LE CHEVAL !

L'histoire du Haras national du Pin en image

Découvrez notre Galerie de cartes postales anciennes de la collection de Tanneguy de Ste Marie (copyright : coll.T.deSte-Marie)



Copyright GRAHAL (texte rédigé pour le parcours-découverte de l'écurie n°1, espace muséographique ouvert depuis avril 2006)
Photos : "Louis XIV à cheval", Houasse, RMN-DR, "Robert de Cotte", Rigaud, RMN G.Blot/H.Lewandoski, "Charles-Louis de Lorraine, Prince de Lambesc", Cars, RMN-F.Raux, plan architectural pour le premier haras du roi, Robert de Cotte, Archives nationales, HN-G.Vilquin; grille d'honneur du Haras, HN-DR.