Accueil > Le Haras national du Pin se dévoile > Artistes > Des peintres
    

Le Haras, lieu de création

Des chanteurs, des artistes

Des peintres

Avec son cadre magnifique, le Versailles du cheval a inspiré des générations de peintres animaliers amoureux des chevaux qui ont représenté le lieu dans leurs peintures équestres.

Nombre d’artistes, célèbres ou anonymes, ont représenté des chevaux en peinture, observant et reproduisant leurs mouvements et leur anatomie pour rendre hommage au cheval sur leurs tableaux. Le Haras national du Pin a vu se côtoyer peintres animaliers et chevaux depuis sa création et ceux-là laissèrent au monde une empreinte de leur passion pour les chevaux dans leurs peintures.

La peinture équestre prend une place importante au Haras et des artistes mondialement connus y ont posé leur matériel, le temps de croquer et représenter le cheval : retrouvez ici quelques-uns de ces noms comme Edgar Degas, Raoul Dufy ou André Mare.

Edgar Degas

Edgar Degas vint en séjour plusieurs années dans l'Orne à partir de 1861 au château de Ménil-Hubert-en-Exmes, proche du Haras du Pin, chez ses amis, les Valpinçon ; Paul Valpinçon était un ami d'enfance d'Edgar Degas.
Il découvre le Haras du Pin et l’importance du cheval dans la région marquant le paysage ornais. Dans ses carnets, il représente le Haras du Pin, mais il peint également les chevaux de la région ainsi que les hippodromes du Pin et d’Argentan.
Degas, réputé à la fois pour ses représentations de chevaux et de danseuses, se serait-il autant intéressé au cheval sans ses nombreux séjours dans l’Orne ?
On peut légitimement se poser la question quand on observe son travail d’étude et de recherche sur le cheval tout au long de sa vie. Edgar Degas était au début de sa carrière quand il est venu pour la première fois dans l'Orne, il n’avait que 27 ans lors de son premier séjour.
On dispose de 38 carnets d'Edgar Degas, c'est dans le carnet 18 qu'il représente le Haras du Pin et le bourg d'Exmes. Ce carnet était à la fois un carnet d'esquisses, d'adresses et un album de travail. Pour les représentations du Haras du Pin et de la campagne, ce sont des croquis à l'encre marron parfois retravaillés au lavis marron et gris.

3 pages du carnet 18 Edgar Degas (droits BnF)

Page 1 : texte et croquis en bas représentant sans doute le village d'Exmes
« Promenade au Haras du Pin// La Garenne – quitté la route d'Argentan et pris / avec Paul (Valpinçon, un ancien camarade de classe et ami de toujours de Degas) en ligne droite sur Exmes // Exactement l'Angleterre, des Herbages petits et grands, tous clos de haies. Des sentiers humides, des mares./ du vert et de la terre d'ombre. C'est nouveau tout à / fait pour moi; car  à St Valéry la campagne me semble être: beaucoup moins grasse et touffue qu'ici.// Monter, descendre continuellement sur des bosses vertes. / Arrivé dans un chemin inondé à peu près. Un sentier / cependant fermé sur l'escarpement Je me rappelle ces fonds de tableaux de génie anglais, comme la Barrière / ou l'ombre du cavalier, le loup et l'agneau, etc. / Entièrement sous bois. Traversé des petites fermes. / arrivée sur la propriété de M.Leriche. En ce moment / je lis Tom Jones et rien ne fait mieux un fond / à tous ces personnages. Montée vers Exmes. // Cest bien le type d'un bourg propre avec son église / et ses maisons en briques. En bas herbages comme premier / plan. Je pense à M. Soutzo (Prince Nicolas Soutzo, artiste et ami de la famille Degas), et à Corot. Eux seuls / donneraient un peu d'intérêt à ce calme. »
« Exmes, ancienne Eglise. Comment peut-on vivre là? / à travers chemins montueux et boisés – après une / demi-heure débouché tout d'un coup dans une allée / de parc avec des barrières. Commencement de l'automne »

 
Page 2
: suite du texte et représentation de l'allée Louis XIV avec au fond, le château du Haras du Pin

« les feuilles mortes crient sous les pieds. On s'attend à / voir déboucher des chevaux. // On arrive tout d'un coup dans une grande allée qui / conduit au château. C'est l'allée de Maisons-Laffitte. »

« le Haras est du temps de Louis XV. En avant deux corps / de logis commes les écuries de Versailles »
 
 
 

 
Page 3
: texte et probablement représentation des terrasses du château du Haras du Pin
« de la terrasse derrière le château vue sur une campagne / absolument semblable à celles des courses et des chasses / anglaises coloriées. »
 
 
 
Textes et notes : Catalogue « Degas: le modelé et l'espace », centre culturel du Marais, Paris, 1984, d'après « The Notebooks of Edgar Degas », T.Reff, Oxford, 1976.

 

Raoul Dufy

Originaire du Havre travaillant dans une maison d'importation de café, le jeune Raoul Dufy  n'en suit pas moins les cours du soir de l'Ecole Municipale des beaux-arts où il côtoie Othon Friesz.
Il vient en séjour dans l'Orne près d'Alençon à St-Denis-sur-Sarthon avec son frère Jean pendant l'automne 1939 et l'hiver 1940.
Deux aquarelles représentant le Haras du Pin sont conservées aux musées de Libourne et de Baltimore (USA). La première qui date de 1939, a sans doute été exécutée durant le séjour du peintre dans le département de l'Orne.
Les sujets liés au cheval ont inspiré Raoul Dufy en représentant notamment de nombreux champs de courses: Ascot, Epsom, Goodwood, Deauville, Longchamp, Nice.

Extraits du catalogue « Orne, terre d'artistes », Jean ARPENTINIER, Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle, Alençon, 1999

DUFY,« Le Haras du Pin », huile sur toile, 1939, MNAM, J.Faujour-RMN

André Mare

Ornais né à Argentan en 1885, ce peintre-ensemblier, de l'art du meuble exercé au sein de la Compagnie des Arts Français, évoqué lors de l'exposition «André MARE, aux sources du Cubisme et de l'Art Déco» qui s'est déroulée au Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle à Alençon en 2005, finit sa carrière en se consacrant entièrement à la peinture.
En représentant le Haras du Pin, André MARE montre son intérêt pour les chevaux, lui-même était un excellent cavalier, plaçant les chevaux au premier plan et repoussant les bâtiments du Haras du Pin tout en les traitant avec une simplification caractéristique du style de l'artiste après 1921.

Extraits d'une note d'Aude PESSEY-LUX, Conservateur du Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle à Alençon
MARE, « Le Haras du Pin », huile sur toile, 1924, musée d'art moderne, Troyes, G.Blot-RMN 

 

Tableau de cheval: Le Haras national du Pin